Vous êtes ici : Accueil >> Ville de Fès      
             
 
 
Espace Multimédia
     
   
Bibliothèque  
----------------------------------------------------------
   
Photothèque  
----------------------------------------------------------
   
Vidéothèque  
     
 
Newsletter
     
  Inscription à la newsletter  
     
 
Nom :
E-mail :
 
 
     
   
     
 
 
Positionnement Géostratégique de Fès
     
  La création de l’Université Euro-Méditerranéenne de Fès est l’émanation d’une initiative royale, exprimée par la lettre adressée par sa Majesté le Roi Mohammed VI à la coprésidence  franco-égyptienne de l’Union pour la Méditerranée, en 2008. Le choix d’implanter cette Université à Fès n’est pas fortuit. La dimension culturelle et historique de cette ville de plus de douze siècles, qui accueille l’une des plus anciennes Universités du monde ; la Quaraouiyne, incarne toutes les valeurs traditionnelles d’ouverture humaine et de symbiose culturelle du Maroc, fondées sur le respect  et l’influence mutuels des différences de culture et de civilisation de la région. Sa médina classée depuis 1980 patrimoine mondial de l’humanité, par l’Unesco, est  d’abord un musée d’art et de culture vivant, où cohabitent harmonieusement plusieurs activités créatives, représentatives de l’artisanat marocain dans toute sa splendeur. C’est aussi une destination prisée par des touristes, en quête de spiritualité et un haut lieu de pèlerinage, notamment pour les visiteurs africains, en raison de la symbolique du lieu, espace de savoir et de religion, que lui confèrent ses medersas, ses mosquées et ses mausolées.  
 
     
 

Mais, au-delà de cet aspect culturel et historique fondamental, Fès constitue également un Hub économique incontournable dans la stratégie marocaine de développement. La position géostratégique de Fès sur le réseau autoroutier marocain, reliant Tanger à Agadir, du nord au sud, et Casablanca à Oujda, de l’ouest à l’est, constitue un point nodal du schéma logistique du Maroc et de l’édification de l’autoroute du Maghreb, devant relier Nouakchott (Mauritanie) à Tobrouk (Libye).

 

Le projet de renforcement du réseau autoroutier marocain par le tronçon Fès Tanger-Med, fortement soutenu par les collectivités territoriales de la région et le raccordement plus que probable de la ville de Nador à ce réseau, par la ville de Taourirt, dans le cadre du projet de complexe portuaire « Nador West Med », mettront définitivement fin à l’enclavement dont a souffert longtemps la région Fès-Boulemane.

 

Aussi, ne faut-il pas s’étonner de constater que cette région est désormais concernée par la plupart des grands projets de développement sectoriel du Maroc. En effet, s’agissant des secteurs de l’automobile, de l’aéronautique et de l’électronique, la plateforme industrielle intégrée (P2I) d’une superficie de 425 Ha, prévue à Fès-Ras El Ma dans le cadre du plan émergence, devra accueillir des activités industrielles, de logistique et de services liées à l’industrie. Une zone franche d’exportation de 202 Ha lui est annexée.

 

Fès abrite également un parc dédié à l’Offshoring ; « Fès Shore ». La première tranche de 16.000 m2 de plateaux de services est déjà opérationnelle et devra atteindre 130.000 m2 en régime de croisière.

 

D’autre part, la proximité de l’AgroPôle de Meknès offre à la région de Fès-Boulemane, l’opportunité de développer son secteur agroalimentaire ; le premier en termes de production et de chiffre d’affaire. Les objectifs du plan de développement  agricole de la région déclinés par le plan « Maroc Vert » visent, en effet, à tripler la valeur ajoutée de la filière à l’horizon 2020 et à accroître le nombre d’employés de 57%.

 

Le domaine des énergies renouvelables n’est pas en reste. Le plan éolien mis en place en 2010 prévoit, entre autres, l’implantation d’un parc éolien de 150 MW à Taza, une ville située à moins de 100 km de Fès et le plan solaire projette de réaliser une centrale solaire de 400MW, à Ain Beni Mather, non loin de Berkane. L’un comme l’autre se situent sur l’axe autoroutier Fès-Oujda, placent la ville de Fès comme un acteur incontournable dans ses projets et viennent ainsi conforter l’Université Euro-Méditerranéenne de Fès, dans ses choix stratégiques de formation et de recherche, notammenten environnement, en énergie renouvelable et en efficacité énergétique ; sans compter qu’ils sont en parfaite adéquation avec les thématiques prioritaires de l’UpM.

 

D’autre part, la vision stratégique du Maroc pour le secteur de la logistique traduite en particulier  par la mise en œuvre d’un réseau de zones logistiques multi-flux (ZLMF) prévoit pour les régions de Fès et Meknès à l’horizon 2015, un ensemble de plateformes céréalières, de conteneurs, de distribution, de sous-traitance, d’agro-commercialisation et de matériaux de construction nécessitant une assiette foncière de 173 Ha. Les projections pour l’horizon 2030 situent le besoin à 360 Ha.

 

S’agissant du secteur du textile et du cuir, premier pourvoyeur de main d’œuvre dans la région avec plus de 22.000 employés et première filière en termes d’exportations (plus de 1.5 GDH), la ville de Fès entend fertiliser cette filière, reconnue au niveau national, et s’emploie à mettre en œuvre les dispositions prévues par la stratégie nationale de consolidation du secteur. Celle-ci vise notamment le déploiement de nouveaux débouchés à l’export, la reconfiguration du tissu industriel à travers des mesures incitatives, le développement de la compétitivité locale et une promotion ciblée de produits phares tels que la FastFashion, le Jean et le Sportswear ainsi que quelques produits de niche.

 

Par ailleurs, le secteur du tourisme à Fès renoue avec son dynamisme. Conforté par une desserte aérienne en phase d’expansion, un aéroport mis aux normes internationales et une qualité d’accueil et de service en constante amélioration, le secteur a enregistré la plus forte croissance d’arrivées, avec près de 15%. Les atouts culturels et naturels des deux régions « Fès et Meknès » leur permettent désormais de présenter des offres touristiques riches et diversifiées qui participent pleinement à l’amélioration des indicateurs de ce secteur.

 

L’implantation de l’Université Euro-Méditerranéenne dans ce lieu, riche d’histoire et de culture, stratégique pour le développement économique, social  et humain du Maroc et appelé à participer activement à l’édification de l’espace maghrébin et Euro-Méditerranéen, est d’autant plus justifiée que l’UEFM ne sera pas isolée. Elle s’appuiera sur les  quatre Universités présentes sur ce territoire (les Universités Sidi Mohammed Ben Abdellalh et Quaraouiyne à Fès et les Universités Moulay Ismail et Al Akhawayn à Meknès et Ifrane). Toutes les cinq, avec leurs similitudes et leurs différences, leurs redondances et leurs complémentarités, sauront bâtir ensemble la masse critique nécessaire à faire de ce consortium, un partenaire et un interlocuteur crédible, notamment quand il s’agira de mettre en place de projets régionaux de formation et de recherche.

 
     

 

     
 

 

 

 

 

 

 

 
     
 
 
 
Voir aussi