Vous êtes ici : Accueil >> Actualites      
             
 
 
Espace Multimédia
     
   
Bibliothèque  
----------------------------------------------------------
   
Photothèque  
----------------------------------------------------------
   
Vidéothèque  
     
 
Newsletter
     
  Inscription à la newsletter  
     
 
Nom :
E-mail :
 
 
     
   
     
 
 
Actualité
 
 

WORKSHOP DU RESEAU UNITWIN UNESCO

 
 

 

« Culture, Tourisme, Développement »

 

La médina de Fès en tant que laboratoire de la ville du futur

 

EXECUTIVE SUMMARY

 

Octobre 2017

 

 

Le patrimoine exceptionnel de la Médina de Fès et sa mise en tourisme sont actuellement pris en charge par un ensemble d’acteurs compétents, dans les champs de l’urbanisme, de la conservation et valorisation patrimoniale, et du développement touristique (et en particulier l’ADER et le CRT). Les recommandations ci-après faites par les experts internationaux du réseau UNITWIN UNESCO « Culture Tourisme, Développement », en association étroite avec des universitaires, intellectuels et professionnels marocains, visent à apporter un éclairage international, inspiré de modèles et bonnes pratiques appliqués dans d’autres contextes urbains historiques.

 

Augmenter l’attractivité de Fès en tant qu’espace de vie permanente.

 

La médina de Fès semble souffrir actuellement d’une mauvaise image de la part des habitants de Fès, notamment de ceux qui n’y résident pas. Ces derniers reconnaissent son patrimoine exceptionnel mais l’écartent de leurs choix résidentiels. Or, la médina ne réussira pas à attirer les touristes si elle ne réussit pas, au préalable, à fixer une population permanente qui choisit de s’y établir – et qui ne subit pas cette localisation. La diversification des couches sociales qui y sont établies, semble être un enjeu majeur.

 

Les stratégies d’attractivité résidentielle ont des impacts sur les stratégies d’attractivité touristique, et fonctionnent de concert : les touristes sont aujourd’hui attirés par les quartiers résidentiels, vivants et créatifs qui, loin d’être des « musées en ciel ouvert » sont des lieux de rencontre et d’interaction avec les locaux.

 

En termes d’aménagement cela suppose de doter la médina d’appartements et infrastructures susceptibles d’attirer les jeunes ménages ainsi que les jeunes professionnels. Des dispositifs ad hoc (immobilier + mesures d’incitation tels que bourses ou financement de résidences d’artistes), pourraient par ailleurs permettre d’attirer des étudiants ou des jeunes artistes pour des périodes allant de quelques mois à une ou deux années. Ces résidents permanents encourageront – et rentabiliseront - un ensemble de services (restaurants, cafés, commerces, infrastructures…) partagés avec les touristes. La présence d’une population permanente qui consomme dans les restaurants et cafés encouragera également la vie nocturne dans la médina, aujourd’hui désertée.

 

Changer le produit et l’image de médina pour un public international

 

La médina de Fès est un ensemble architectural unique au monde, un patrimoine exceptionnel, reconnu à juste titre par l’UNESCO. La qualité de son architecture est connue et reconnue. La communication actuelle de la médina insiste toutefois essentiellement sur les aspects patrimoniaux et muséaux - parfois au détriment de l’extraordinaire créativité de ses artisans et de façon plus générale de son patrimoine immatériel vivant.

 

Les projets et la communication de la médina devraient ainsi mettre l’accent davantage sur le renouvellement des produits touristiques et intégrer une approche créative et expérientielle du tourisme.

 

Il est ainsi important de considérer la médina comme un espace contemporain, et pas seulement l’appréhender comme un espace en déclin, marqué par un âge d’or passé entraînant un regard nostalgique. La contemporanéité de la médina découle de ses activités actuelles, de ses usages, initiatives en cours. Des démarches de labélisation des produits « made in médina », dans une démarche participative pourraient constituer un facteur de prise de conscience de la plus-value que représentent les produits de qualité artisanaux.

Une démarche de labellisation telle que le label ville créative de l’UNESCO pourrait en particulier être proposée.

La facilitation de l’installation des artistes, dont des artistes internationaux, dans la médina et leur association avec les artisans de la médina (par un ensemble de dispositifs à mettre en place) faciliterait la mise en place de séjours créatifs pour les touristes (stage de fabrication de produits artisanaux, de cuisine, de musique etc.) dans une approche de « slow tourism » permettant aux touristes de s’imprégner plus longuement de l’esprit de Fès.

L’événementiel constitue aussi un aiguillon à de nouveaux usages des espaces urbains. Fès est doté de festivals importants et prestigieux mais un événementiel plus diffus dans l’espace, à travers des initiatives locales et associatives facilitées, et une réflexion sur les espaces publics en médina, pourrait être menée.

 

Faire dialoguer patrimoine matériel et immatériel et les rendre accessibles en évitant leur folklorisation

 

Il semble important de réinventer les outils patrimoniaux en faisant travailler en synergie patrimoine culturel matériel et immatériel.

Pour les visiteurs, il est important de communiquer et faire connaître la richesse du patrimoine de la médina, souvent caché derrière les murs et les portails, difficile d’accès, jusqu’à devenir invisible. Loin de violer le caractère intime et sacré de ce patrimoine, il s’agit de créer des outils, à l’aide par exemple des nouvelles technologies, pour faire percevoir cette richesse culturelle aux touristes, qui consacrent souvent un temps trop limité à la médina. Ces dispositifs pourraient être imaginés et localisés près des portes de la médina et se concrétiser dans des parcours multi-sensorielles, mobilisant les nouvelles technologies (sur le modèle d’un « induction programme »), et permettant ainsi de donner des clés d’accès et de compréhension de la médina. Le touriste pourra se préparer, via ces dispositifs, aux « temps et rythmes » de la médina, et devenir un flâneur des ruelles, un citoyen temporaire des souks, des ateliers et des medersas.

 

Travailler en étroite association avec les habitants locaux afin de mieux les associer dans la gouvernance touristique de la médina.

 

Il est important de mettre en œuvre des projets (recensement, étude, diffusion et valorisation) permettant de renforcer le lien entre le patrimoine matériel et immatériel de la médina et l’identité de ses habitants, en particulier des jeunes. Sans l’engagement et la pratique des habitants, le patrimoine, et en particulier le patrimoine immatériel, ne peut en effet qu’être menacé de disparition.

Il est également important de travailler en association avec les associations des habitants, dans une approche de communication et d’explication des enjeux du tourisme. Un effort particulier peut être consenti à l’explicitation des enjeux (économiques, mais aussi culturels et sociaux) liés au développement du tourisme dans la médina.

Plusieurs dispositifs d’hébergement existent déjà dans la médina (maisons d’hôtes, logement chez l’habitant, réseau de Ziyarates, etc.). Il convient d’encourager l’hébergement chez l’habitant dans une approche d’immersion et d’ouverture dans la médina en créant des associations entre les habitants loueurs et autres infrastructures culturelles et touristiques de la médina.

L’encouragement à des initiatives habitantes (type « Greeters ») adressées aux autres habitants de la Médina pourraient également être encouragées.

Ces approches, à court ou moyen terme, devraient être accompagnés par des approches à long terme, liées notamment à l’éducation au patrimoine, ouvertes de façon organisées à tous les enfants scolarisés à Fès (par un dispositif type « classes du patrimoine »). Il est aujourd’hui crucial de faire des habitants de Fès, et a fortiori de la médina, les premiers ambassadeurs du patrimoine de la médina de Fès et de sa mise en tourisme.

 

Profiter de l’expérience universitaire à Fès pour renouer avec le passé de la ville universitaire

 

Fès dispose de plusieurs universités qui lui permettent de faire perdurer son extraordinaire et prestigieux passé universitaire. La mise en valeur et la mise en tourisme du patrimoine de la médina, pourrait s’appuyer ainsi sur les savoir-faire des étudiants, enseignants et chercheurs.

La relation avec les universités peut constituer une opportunité pour la médina selon plusieurs axes :

- En encourageant la résidence étudiante en médina

- En mettant en place des locaux permettant d’accueillir des étudiants en médina pour des cours, des études, des ateliers terrain, etc.

- A ce titre l’initiative en cours d’un centre du design correspond à cette préoccupation

- En profitant de l’université pour mettre en place en partenariat avec les acteurs locaux et en particulier de l’ADER, un observatoire de la médina, attentif aux composantes sociales, économiques de la médina, et complétant les données déjà existantes à travers le SIG de l’ADER, qui fournit un diagnostic riche de la situation du bâti en médina.

 

 

Penser à une gouvernance touristique articulée avec les stratégies urbaines

 

Afin de faciliter la mise en place de stratégies articulées aux projets, il faudrait exposer une vision d’ensemble pour la médina, dans ses liens aussi à la ville, expliciter les objectifs sociaux et économiques des projets en cours de réalisation au sein de la médina et rendre plus facilement disponibles l’ensemble des documents exposant les projets pour la médina.

 

La création de l’observatoire proposé ci-dessus, faciliterait l’adoption d’une stratégie de partage et accessibilité aux études et données. Elle faciliterait la participation des populations locales au processus de décision et de développement touristique de la médina.

 

Conclusion

 

La médina de Fès se trouve aujourd’hui à un tournant : les projets de restauration de son patrimoine s’accélèrent et contribuent à changer positivement son image. Le scénario à craindre d’une médina paupérisée et marginalisée semble de plus en plus s’éloigner. Malgré les efforts des acteurs locaux, le deuxième scénario d’un lieu muséifié, vidé de ses forces vives, devenant un lieu de consommation ludique et touristique de populations vivant ailleurs (touristes nationaux ou internationaux), reste toutefois toujours à craindre du fait des forces de la mondialisation en cours.

 

Il nous a semblé important pendant ce workshop de proposer des mesures soutenant un troisième scenario : une médina vivante et habitée par une population diversifiée, attractive pour les résidents de Fès et pour les classes créatives, un lieu d’invention, de créativité, d’art et d’artisanat, solidement ancré dans son passé prestigieux mais résolument tourné vers l’avenir. Loin d’être un espace muséifié et folklorisé, Fès devrait devenir le laboratoire de la ville du futur.

 

 

 

 
     
     
     
     
 
 
 
 
 
 
Formations 2017-2018
 
     
   
     
     
     
     
   
     
   
     
 
 
     
   
     
  [ En savoir plus ]